Accueil » Blog » Bikepacking en hiver

Bikepacking en hiver

Le Bikepacking consiste à partir à l’aventure sur un vélo par des chemins peu fréquentés, afin de s’évader dans un endroit sauvage ou étranger. Le Bikepacking en hiver, exige toutefois un respect et considération supplémentaires. C’est clair qu’à la belle saison il est beaucoup plus agréable de dormir sous les étoiles. Toutefois, le mauvais temps ne devrait pas vous empêcher de profiter d’une aventure à vélo ! C’est pourquoi, dans ce guide, pensé pour ceux qui ne souhaitent pas attendre le retour des beaux-jours. Vous trouverez tout, pour je l’espère, vous aider à bien préparer vos sorties hivernales.

Vêtements et couches : Que porter pour le bikepacking en hiver ?

La prévention de la surchauffe, et par conséquent de la transpiration est l’une des tactiques les plus importantes que l’on puisse utiliser pour maintenir une isolation sèche et efficace. Pour cet effet, un système de superposition de couches permet d’ajouter et de retirer des vêtements pour réguler la température du corps. Plusieurs fines couches isolantes seront donc plus chaudes qu’une seule couche épaisse. Car les couches emprisonnent l’air entre elles, et l’air immobile agit ainsi comme un isolant supplémentaire.

Coton

Le coton retient l’humidité, sèche lentement et conserve très peu de valeur isolante lorsqu’il est mouillé. Il peut toutefois constituer une couche extérieure très efficace pour bloquer le vent, dans des conditions froides et sèches. C’est pourquoi, certains anoraks utilisés dans les climats polaires, sont fabriqués en coton léger.

Maillot en laine mérinos Decathlon

Chez Décathlon vous pouvez trouver des maillots cyclistes à base de laine mérinos. Dont le maillot Triban, conçu 70% à base de laine mérinos. Il est disponible en deux couleurs. C’est un maillot avec un prix intéressant, que je recommande.

Laine

La laine conserve une grande partie de sa valeur isolante lorsqu’elle est mouillée. Les couches de base fines en laine mérinos évacuent l’humidité du corps, tout en apportant de la chaleur et du confort. À l’inverse, les couches de poids moyen ajoutent de l’isolation et transportent l’humidité vers les couches extérieures. Quant aux couches extérieures en laine, elles doivent également être plus plus résistantes que les couches intérieures. Ceci afin qu’elles ne soient pas endommagées par le contact ou lors d’une inévitable chute. De plus, les couches extérieures doivent pouvoir respirer et permettre à l’humidité de s’échapper. Car une couche qui ne respire pas emprisonnera l’humidité et compromettra donc votre isolation.

Matières synthétiques

Les matières synthétiques dites « respirantes » cessent de fonctionner lorsque les pores du tissu sont obstrués par la saleté. En hiver, cela ne prend en général pas beaucoup de temps donc prenez garde ! Elles sont toutefois très utiles, comme couche extérieure. Afin de bloquer le vent, la pluie et la neige. Elles aident aussi à conserver la chaleur. Il est toutefois important de les gérer avec soin. C’est-à-dire, de les ventiler ou retirer lorsque vous surchauffez et transpirez.

dormir bikepacking camping en hiver

Dormir l’hiver en bikepacking

Si vous envisagez de camper lors d’une randonnée hivernale de bikepacking, vous devez vous préparer à camper par temps froid. Votre sac de couchage ou votre duvet constituent les éléments les plus importants de votre équipement.

Avant de vous aventurer dans un climat froid, consultez les prévisions météorologiques et les prévisions de températures basses moyennes pour la région. Assurez-vous que votre système de couchage peut vous tenir suffisamment chaud. Il n’y a en effet, rien de pire que de passer une nuit glaciale et sans sommeil dans une tente. Si la température descend trop bas vous risquez, en plus, de vous mettre en danger de mort si vous n’êtes pas suffisamment préparé.

Choisissez un sac de couchage dont l’indice de confort correspond à la température la plus basse que vous pensez rencontrer. La plupart des sacs de couchage 4 saisons ont un indice de confort de 0°, 15° ou 20°. Cette température indique la température la plus basse à laquelle il vous maintiendra au chaud. En cas de doute, il est judicieux de choisir un sac avec une température plus basse que celle que vous pensez rencontrer. Vous pouvez en effet, toujours ouvrir votre sac de couchage pour vous rafraîchir lorsque vous avez trop chaud. Pour le camping en hiver, je vous conseil d’envisager d’utiliser un sac de couchage synthétique. En effet, les matières synthétiques sont plus performantes que le duvet lorsqu’elles sont mouillées.

sac de couchage ultra léger thermarest questar

Thermarest Questar

Garnissage: duvet hydrophobe Nikwax de gonflant 650
Températures: confort 5°C, limite 0°C, extrême -15°C
Poids : 400 g
Dimensions: Longueur 183 cm / Largeur en haut 160 cm / Largeur en bas 117 cm.
Dimensions compressé: 17×22 cm
Tissu extérieur: 20D Polyester Ripstop w/DWR
Tissu intérieur: 20D Polyester Taffeta
Ouverture zip : gauche
Boucles pour couette et couverture : adaptez votre système de couchage aux conditions en ajoutant au sac de couchage une de nos couettes ou couvertures techniques pour plus de chaleur
Collerette pour bloquer les pertes de chaleur
Rabat de protection de la fermeture à glissière sur toute la longueur
Fermeture à glissière anti-blocage
Sac de rangement et sac de stockage inclus
Capuche avec cordon de serrage et poche extérieure avec fermeture à glissière

Utilisez un matelas à valeur R élevée pour le bikepacking en hiver

Le confort dépend de nombreuses variables. En particulier de la valeur R de votre matelas, un autre élément clé de votre système de couchage. En effet, pour vous garder au chaud, cette pièce d’équipement est aussi importante que votre sac de couchage. La chaleur d’un matelas peut être mesurée grâce à sa valeur de résistance. Plus cette valeur est élevée, plus le matelas est chaud. Pour le camping en hiver, recherchez un matelas dont la valeur R est comprise entre 3 et 5. Si vous disposez déjà d’un matelas d’été, vous pouvez l’associer à un matelas en mousse bon marché afin d’augmenter l’isolation et la valeur de résistance. Vous devrez toutefois transporter un pièce supplémentaire sur votre vélo.

Quelle tente choisir ?

Si vous vous attendez à de fortes chutes de neige, choisissez plutôt une tente 4 saisons. Les tentes 3 saisons ne sont en effet pas conçues pour supporter une lourde charge de neige. Le toit peut donc s’effondrer pendant votre sommeil si trop de neige s’y accumule. Les tentes 4 saisons sont conçues avec des toits raides et plus solides pour retenir la neige. Autrement, vous pouvez également opter pour un bivy 4 saisons. Ces abris légers offrent plus de chaleur qu’une tente et sont conçus pour le camping en milieu alpin.

éclairage vélo hiver bikepacking

En hiver, utilisez un éclairage pour une meilleure visibilité

Pendant l’hiver, les journées sont courtes. Il y a donc de fortes chances que vous passiez du temps à rouler le soir quand la nuit tombe ou tôt le matin avant le lever du soleil. Dans ces cas, vous devez disposer d’un bon ensemble de feux avant et arrière pour signaler aux conducteurs que vous êtes sur la route.

Un éclairage de vélo puissant est un équipement indispensable que tout le monde devrait posséder. Il améliore votre vision mais vous rend aussi surtout plus visible pour les autres usagers de la route. Ce qui réduit considérablement les risques d’accident même en été !

éclairage vélo knog pwr trail

Knog PWR Trail 1100L

Max 1100 lumen – 1.7 heures
Mid 600 lumen – 2.5 heures
Pulse 330 lumen – 7 heures
Strobe 250 lumen – 12 heures
Stamina 90 lumen – 18 heures
Eco-Flash 17 lumen – 250 heures

Mangez plus que d’habitude

Par temps froid, notre organisme brûle de l’énergie supplémentaire pour se maintenir au chaud. Pendant l’itinérance à vélo, vous avez déjà un gros appétit. Vous devez manger encore plus pour vous maintenir en forme pendant une sortie de bikepacking en hiver. Essayez de manger beaucoup de glucides et de graisses. Ce sont ces aliments qui fournissent le plus d’énergie. En hiver, attendez-vous également à augmenter votre budget alimentaire. Vous devrez en effet probablement vous arrêter plus souvent pour prendre un repas chaud. Pensez également à:

  • ranger vos en-cas dans vos poches pour que la chaleur de votre corps les empêche de durcir ou de geler;
  • choisir des aliments qui ne sont pas altérés par le froid.

N’oubliez pas de vous hydrater correctement

Vous n’aurez pas aussi chaud et transpirerez moins que d’habitude à vélo en hiver. Vous ne ressentirez donc peut-être pas le besoin de boire autant. C’est pourquoi, Il est plus facile, en hiver, de se déshydrater. Veillez donc tout de même à boire beaucoup d’eau. Pour vous aider à vous hydrater davantage, pensez à emporter un gourde isotherme. Une gourde de qualité peut garder votre boisson chaude toute la journée. Siroter une boisson chaude peut vous aider à rester chaud et hydraté. Faites bouillir de l’eau supplémentaire chaque fois que vous préparez un repas et gardez-la dans votre gourde isotherme. De cette manière, vous serez toujours prêt à préparer un café ou un thé.

Prenez des pauses plus courtes

Par temps froid, la température de votre corps chute plus vite lorsque vous cessez de faire des efforts. Pour rester au chaud, limitez donc vos pauses à quelques minutes. Si vous devez vous arrêter, attendez d’être au début d’une pente. Ainsi, lorsque vous repartirez, vous vous réchaufferez plus vite. Lorsque vous vous arrêtez pour aller à l’intérieur, par exemple pour faire des courses. Profitez de la chaleur dans le magasin. Si le magasin dispose d’un chauffage, tenez-vous près de celui-ci et profitez pour réchauffer vos gants et vos chaussures.

Faites sécher vos vêtements dès que possible

Au bout d’un certain temps, l’humidité s’accumule lentement dans tout votre équipement, c’est inévitable. Celle-ci peut provenir de votre sueur, de votre respiration ou de l’environnement. Lentement, votre sac de couchage, votre tente et vos vêtements deviennent humides. Plus l’eau s’accumule, moins votre équipement sera efficace pour vous garder au chaud, en particulier votre sac de couchage.

Donc, dès que vous avez une journée ensoleillée ou que vous séjournez dans une chambre d’hôtel, étendez tous vos vêtements et votre matériel pour le faire sécher. Cela permettra de redonner du gonflant à votre équipement et de vous garder au chaud. Idéalement, vous devriez le faire tous les 2 à 4 jours, en fonction du temps.

bikepacking en hiver

La nuit, placez tout ce qui ne doit pas geler dans votre tente

Lors de températures glaciales, certains équipements peuvent être endommagés. Aussi, certains articles ne peuvent pas être utilisés lorsqu’ils sont gelés. Par exemple :

  • Le filtre à eau peut se fissurer et se casser si l’eau gèle à l’intérieur.
  • Le dentifrice peut geler.
  • Les équipements électroniques se déchargent plus vite par temps froid.
  • Le carburant, certains types de carburant ne brûlent pas lorsqu’ils sont trop froids.
  • La nourriture, certains aliments ne peuvent pas être consommés lorsqu’ils sont gelés.
  • L’eau, si votre eau gèle, vous devrez peut-être allumer votre réchaud pour la faire fondre.

Derniers conseils pour le bikepacking en hiver

En général, le froid rapproche les gens. Lorsque vous faites du bikepacking en hiver, vous constaterez peut-être que des gens vous offrent plus souvent de la nourriture, de l’eau ou un endroit pour poser votre tente. N’ayez pas honte d’accepter la gentillesse des autres. En hiver, nous luttons tous pour rester au chaud et en vie. Les gens ont donc tendance à s’entraider davantage.

N’oubliez pas que le bikepacking en hiver est aussi censé être amusant. Alors, au moins une fois de temps en temps, séjournez dans un hôtel ou une auberge et prenez une douche chaude. Dormez dans un lit et mangez un repas chaud. Prenez un jour de repos si vous en avez besoin, le froid est épuisant.

L’hiver est aussi une période étonnamment paisible pour du bikepacking. Les sentiers sont vides, c’est calme, et l’hiver offre une ambiance différente, unique et magnifique pour le vélo. Bien sûr, vous devez vous préparer correctement. Le froid et la neige ajoutent un niveau supplémentaire de difficulté à l’itinérance à vélo. J’espère que ce guide rendra votre préparation un peu plus facile et votre balade un peu plus confortable.

Articles récents

Share This