Accueil » Blog » Où dormir en bikepacking ?

Où dormir en bikepacking ?

Pour un débutant, penser à l’endroit où dormir peut parfois être décourageant. En effet, lorsque l’on part à l’aventure pour la première fois, la crainte d’être découvert par quelqu’un, de ne pas avoir le confort nécessaire ou d’enfreindre la loi sont des motifs légitimes de traiter cette question avec prudence. Ces craintes ne devraient toutefois pas vous dissuader de passer une nuit dans la nature. Pour ce motif, j’ai donc ici réuni des conseils pour vous aider à savoir où dormir en bikepacking.

Pour commencer, essayez de bien planifier les étapes

Lorsque vous planifiez votre itinéraire à l’avance, vous allez pouvoir cibler des endroits où vous pouvez dormir. Toutefois des imprévus peuvent surgir et donc parfois il est impossible de rouler suffisamment loin pour atteindre un hôtel. La civilisation ou même un lieu de bivouac décent avant la tombée de la nuit. C’est pourquoi, vous devez être capable d’être autonome et prêt à dormir à l’endroit le plus sûr et le plus confortable que vous puissiez trouver.

Hôtel et camping

Même si pour les puristes ce n’est pas vraiment considéré comme du bikepacking. L’option bikepacking carte de crédit est de plus en plus populaire. Vous pouvez en effet voyager plusieurs jours et réserver une chambre d’hôtel ou un Airbnb à chaque étape. Il s’agit cependant d’un choix plus coûteux, pour lequel vous allez devoir réserver à l’avance. De plus, si vous avez un imprévu en cours de route, vous risquez de ne pas être suffisamment bien équipé pour la nuit. Pour ce motif, je vous conseil malgré tout de toujours transporter au minimum, un sac de couchage et un bivy dans vos sacoches.

Une autre option, cette fois plus économique c’est le camping. Plus particulièrement les camping municipaux. Crées avec l’apparition des congés payés, vous les trouverez partout en France. Ces campings sont beaucoup moins chers, y compris pour les locations de bungalows, mobile homes et chalets. En règle générale vous n’avez pas besoin de réservation, attention toutefois car certains d’entre eux ferment hors saison. D’autres restent ouverts, mais ne proposent que leurs locations de mobile homes.

dormir bikepacking camping sauvage bivouac

Dormir en bikepacking: camping sauvage

Le but étant de dormir une nuit et de repartir le lendemain sans laisser de traces de son passage. Le bivouac est pour moi la meilleure option. Il se pratique à la belle étoile, avec un bivy ou un hamac. Ou alors simplement sous une tente légère dans des lieux isolés. Les avantages de ne pas avoir à réserver ou même à payer un hébergement sont évidents, mais il faut en plus ajouter à cela le sentiment incomparable de se réveiller dans la nature. Se réveiller ainsi dans un endroit magnifique n’a pas de prix, c’est une expérience unique. Renseignez-vous toutefois au mieux sur les régions que vous allez visiter. Ainsi qu’aux possibles répercussions sur l’environnement susceptibles d’influencer votre choix.

Camping sauvage: que dit la loi ?

Avant de partir, vérifiez que le camping sauvage est autorisé dans le pays que vous visitez. Suivant les pays, il peut en effet être interdit, autorisé ou dans certains cas uniquement limité au bivouac. En France, le camping sauvage n’est pas interdit de manière systématique, mais uniquement dans certaines situations :

  • dans les bois, forêts et parcs qui sont classés comme réserves naturelles ;
  • sur les routes et voies publiques ;
  • sur les rivages de la mer ;
  • dans un rayon de 200 m autour d’un point d’eau capté pour la consommation ;
  • dans un site classé ou inscrit dans les zones de protection du patrimoine de la nature et des sites ;
  • à moins de 500 m d’un monument historique classé ou inscrit ;
  • dans certaines zones déterminées par les autorités municipales ou préfectorales.

Pour plus d’informations sur le sujet, je vous invite à consulter ce site qui fournit des informations très complètes. Ainsi qu’une cartographie de lieux de camping répertoriés en France et à l’étranger.

bivy msr

MSR E-Bivy

Matériel: 100% polyamide
Revêtement: silicone, Imprégnation DWR, Revêtement PU
Propriétés: imperméable
Taux d’étanchéité sol: 1.200 mm
Autres infos: Nylon Ripstop 15D avec revêtement de silicone;
Fond: Nylon Ripstop 1200mm Xtreme Shield, imprégnation DWR, revêtement PU
Dimensions: Longueur: 224 cm;
largeur aux épaules: 91 cm;
Largeur pieds: 58 cm
Poids: 180 g

Bien choisir son spot pour dormir

Si nécessaire, pensez à vous approvisionner en nourriture et en eau lorsqu’en fin de journée vous passez dans une zone habitée. Cela vous évitera de vous retrouver sans rien lorsque vous serez dans le noir. Ensuite, attendez qu’il commence à faire nuit avant de quitter la route pour installer le campement. Ce n’est pas une mauvaise idée de rechercher un bon endroit pendant qu’il fait encore jour. Vous pouvez retourner sur place une fois la nuit tombée.

Faites attention à bien évaluer ce qui pourrait arriver. La météo peut parfois rapidement changer et devenir très dangereuse pendant la nuit, surtout en montagne. Imaginez donc la pire pluie possible, pensez à la quantité d’eau qu’elle pourrait déverser dans une vallée étroite. Pensez aux marées hautes sur les plages. Pensez au vent le plus fort et installez votre campement à l’abri autant que possible. Enfin, regardez au-dessus de vous et voyez si des chutes de pierres sont susceptibles de se produire.

N’ayez pas peur de demander

La majorité des personnes que vous allez rencontrer vous aideront le plus souvent à trouver un emplacement ou vous conseilleront des endroits où vous pouvez camper. D’autres vous proposeront peut-être de vous installer dans leur jardin ou chez une personne qu’ils connaissent. Certaines personnes vous orienteront vers un hôtel ou un hébergement payant et, au pire parfois, vous ne recevrez peut-être pas l’aide que vous recherchez. Voyez si vous pouvez trouver une ferme et demandez poliment la permission de vous y installer. Il est très probable que les fermiers soient d’accord pour vous laisser dormir sur leur champ. Souvent, les gens sont généreux et offrent même de la nourriture et des boissons !

bikepacking dormir dans une tente

Sécurisez le matériel pour la nuit

Un moyen efficace de sécuriser vos affaires, est d’utiliser une ficelle ou une corde pour attacher vos sacoches à votre tente (ou bivy), afin de sentir si quelqu’un s’en empare. Lorsque vous avez une grande tente, vous pouvez en revanche, ranger vos sacoches à l’intérieur.

Pour la sécurité de votre vélo, il existe aussi quelques options. Par exemple, s’il y a des arbres aux alentours, vous pouvez utiliser un cadenas à câble pour le fixer à l’un d’entre eux. S’il n’y a pas d’arbres, vous pouvez l’attacher à votre tente avec une ficelle. Bien qu’elle puisse être coupée, elle vous permettra assez vite de savoir que quelqu’un est là. Ce qui est toutefois peu probable.

D’autres méthodes consistent à utiliser des objets qui font du bruit et les placer en équilibre quelque part sur le vélo. De cette façon, si quelqu’un essaie de le prendre, vous serez réveillé par le bruit. Enfin, utilisez un tarp dans une couleur qui se fonde dans le paysage. Vous pouvez vous en servir, comme protection supplémentaire pour vous et votre matériel.

Ne vous inquiétez pas trop

Les craintes l’emportent souvent sur la réalité et vous n’aurez probablement aucun problème. La confiance est la clé et à condition d’être bien préparé, vous pouvez gérer toutes les situations.

Ne laissez aucune empreinte !

Lorsque vous repartez le matin, assurez-vous de tout emporter avec vous. Prenez toutes vos ordures et ne laissez aucun signe de votre passage. Peut importe que vous ayez bivouaquer sur une propriété privée ou publique. Elle doit demeurer intacte lorsque vous la quittez. Efforcez-vous donc de laisser la zone semblable à ce que vous avez rencontrer.

Articles récents

Share This