Accueil » Blog » Bikepacking Solidaire

Bikepacking Solidaire

Aujourd’hui je vais vous parler d’une histoire de Bikepacking solidaire. Il s’agit de l’histoire de Boris Lerebourg, un jeune Manchois qui a entrepris, fin Juin, un voyage à vélo qui l’emmènera jusqu’en Norvège afin de soutenir un projet social et environnemental qui lui tient à cœur. Grâce à un ami commun, j’ai réussi à rentrer en contact avec Boris pour lui poser quelques questions afin d’en savoir plus sur lui, son projet, sa préparation et le déroulement de son voyage.

Comment t’est venue l’idée de cette aventure ?

L’envie d’un voyage à vélo autour de l’Europe me trotte en tête depuis un sacré moment. J’ai aujourd’hui 30 ans et après 10 ans de travail en continu et quelques confinements j’ai senti que c’était le moment de prendre ce grand bol d’air. Étant un fan de trip à coucher dehors j’avais envie de barouder sur une plus longue distance tout en soutenant une jolie cause. 🙂

bikepacking solidaire Boris Lerebourg

Bikepacking solidaire: L’aventure

Pourquoi avoir choisi cette association et cette cause en particulier ?

Juste avant mon départ j’ai travaillé pendant 4 ans chez Orthofiga, une entreprise qui fabrique des prothèses et des orthèses sur-mesure, et étant chargé de l’amélioration continue je suis rentré en relation avec l’association Nav’Solidaire pour donner une seconde vie aux anciennes prothèses de nos patients au moment de leur renouvellement (pris en charge tous les 5 ans en France). Et en développant les collectes au sein du réseau j’ai vraiment accroché avec Antoine le président de cette asso, lui-même amputé, basé dans la Manche d’où je suis originaire et engagé sur des valeurs sociales (redonner la marche et l’autonomie aux amputés d’Afrique dans le besoin) et environnementales (collectes en covoiturage, recyclage des prothèses et acheminement à la voile jusqu’en Gambie, Sénégal et République dominicaine). Tout était réuni pour apporter mon soutien à ce bel engagement. 🤗

Est-ce ta première expérience de voyage à vélo ?

Je suis un habitué des micro-aventures depuis que j’habite à Rennes. La Bretagne est tellement propice à l’évasion autour de chez soi que je prends beaucoup de plaisir à organiser ces petits voyages à la semaine ou sur un week-end. Quelques exemples le Canal de Nantes à Brest jusqu’à Ouessant, la côte ouest du Cotentin, de Rennes à Saint-Brieuc ou pour retrouver ma Normandie natale.

vélo bikepacking solidaire boris lerebourg

Quels autres voyage avais-tu fait auparavant ?

J’aime aussi beaucoup mixer les activités, parfois sans vélo mais toujours en bivouac avec des combos tels que kayak+rando, paddle+trail, trail+bike, et s’il y a un festival à l’arrivée c’est encore mieux. 🥳 Pas besoin d’attendre les vacances, l’aventure et en bas de notre porte et même sur un week-end. 😊

Bikepacking solidaire: L’itinéraire

Pourquoi avoir choisi cet itinéraire vers la Norvège ?

J’ai un ami qui y habite depuis 3 ans sur une île proche de Bodø et bondiou ça donne envie. 😁 Du coup ça fait une bonne occasion d’aller dans cette direction avec un copain à voir à l’arrivée.

Comment as-tu préparé l’itinéraire avant ton départ ?

Ayant emprunté au cours de mes différentes expériences quelques parcours d’organismes nationaux je me suis penché sur l’une des 15 traces européennes et en l’occurrence l’Eurovélo 1 ! Celle-ci relie le Portugal à la Norvège et quitte la France en Bretagne. Je l’ai donc prise en cours de route pour traverser un petit bout d’Angleterre, la côte sud du Pays-de-Galles, toute la côte sud, ouest et nord de l’Irlande puis l’Écosse en diagonale avant la Scandinavie. 😉
J’ai téléchargé mes traces GPX que j’ai ensuite importé sur Komoot en les conservant hors ligne pour les utiliser ensuite en mode avion sur mon téléphone. Une moyenne de 80km par jour pour estimer le temps du voyage et yolo !

Est-ce que tu suis un planning précis ou tu voyages plutôt au jour le jour suivant les rencontres et l’envie du jour ?

Un peu entre les deux. Le seul planning qui m’est imposé est l’hiver qui arrive en Norvège. Donc l’idée était d’arriver fin août à Bergen au sud-ouest (objectif validé) pour remonter ensuite toute la côte ouest norvégienne en septembre sans trop se geler sur le vélo et avec suffisamment de lumière du jour. 😊

Pour le reste je voyage totalement au jour le jour. Je n’ai pas vraiment noté les points d’intérêt, je préfère en échanger avec les locaux sur ma route, et les kilomètres se font au rythme des rencontres, de l’envie, de la forme du jour, du dénivelé, de la météo. J’ai souvent ralenti avec de magnifiques rencontres sur ma route que lui méritaient pleinement et j’essayais de le rattraper sur d’autres journées avec une fourchette entre 70 et 120kms par jour.

bikepacking solidaire rencontres

Bikepacking solidaire: Le matériel

Parles-nous un peu de ton matériel…

Le vélo

Mon gravel est un Norco Search XR S2, une marque canadienne avec un cadre acier et une fourche en carbone. J’y ai monté des pneus Tufo Speedero en 36 qui m’ont vraiment séduit pour leur profil roulant adapté à une trace Eurovelo. La bête pèse environ 11,5kg, une transmission GRX en 2×10 qui fait le job mais sur un profil irlandais et norvégien j’aurais bien souvent eu besoin d’une couronne supplémentaire pour les petites bosses. 😄 Pour le reste je suis 100% satisfait de cette marque que je ne connaissais pas (n°4 des ventes au USA et spécialiste du vtt), un combo acier/carbone costaud et très agréable à rouler. 👌

J’ai ajouté une selle Brooks impérial B17, un vrai bonheur, pleinement confortable et moulée après environ 2000 kms. Je n’avais qu’un mini boxer cuissard en prévision et j’ai bien fait car je roule majoritairement en boxer classique. Je porte le cuissard de temps en temps pour alterner les points de contacts.

Gravel Norco Search, sacoches riverside decathlon et revelate designs

Les sacoches

Les sacoches sont majoritairement de la gamme Riverside de Decathlon :
Celle de l’arrière (pour les vêtements) est génial avec son sac compressif, son élastique et une tenue parfaite, aucune sensation de balancier !

Le support de guidon (pour la nuit) est top également, j’ai juste pris un autre sac Decathlon étanche compressif pour plus de praticité au rangement après avoir testé celui d’origine qui ne m’a pas emballé (non compressif et trop petit).
Les supports et sacoches de fourche (pour la nourriture) remplissent bien leur mission également, c’est du costaud.
Les 2 poches de guidon, une classique et une food pouch super pratique pour sa contenance, ses 3 filets et sa fermeture à une main. Et enfin la sacoche top tube étanche avec une sortie câble pour la batterie externe, simple et efficace.

Par contre pour la sacoche de cadre Riverside il n’existe aujourd’hui qu’une taille qui ne remplissait pas suffisamment mon espace et avec une ouverture ridicule. Pas du tout pratique dans sa conception actuelle, retour à l’expéditeur.

J’ai donc opté pour une sacoche Revelate Design Ripio qui remplit parfaitement mon cadre, extrêmement pratique avec ses 3 poches à zip et ses poches intérieures. J’utilise la plus importante pour les piquets de la tente, la pompe et la poche d’eau de 2 litres ou je ressort le tuyau pour l’accrocher à la food pouch, perso j’adore ! La poche de gauche pour les papiers et les accessoires rapides à avoir sous la main. La poche inférieure pour le kit de réparation, le kit de soin et le chargeur universel. Même en la chargeant bien elle ne m’a jamais gêné au pédalage car vous avez un scratch intérieur qui permet de régler la largeur maximale selon vos cuissots. 😉

Malheureusement j’ai un peu trop chargé celle du bas après un arrêt aux courses et le pédalier est venu frotter dessus en roulant, une réparation au scotch qui fait le job. Je vous conseille d’anticiper en mettant du scotch en préventif à cet endroit pour protéger la sacoche le cas échéant. ✌️ Tout semble parfait mais elle a un petit défaut, elle n’est pas 100% étanche, mais honnêtement il faut vraiment avoir une pluie battante toute la journée pour retrouver ses affaires humides à l’intérieur (testé sous la pluie irlandaise et écossaise). De mon côté je mets simplement les affaires qui peuvent craindre sous sac plastique étanche et ça le fait. Je recommande totalement cette sacoche, terriblement pratique et avec un volume monstre. 👌

Sécurité

Pour la sécurité j’ai pris un cadenas U Zefal K-traz U11, léger (850g), suffisamment grand pour finalement ne jamais avoir besoin d’utiliser la rallonge et super pratique fixé à l’extérieur sur le cadre avec le support fourni et un scratch en plus pour le maintenir sur le cadre arrière.

Pour la mini pompe c’est une Lezyne, si c’était à refaire je prendrai une taille un peu plus grande, probablement avec un indicateur de pression. Étant en tubeless j’ai vécu l’expérience avec des petites crevaisons que le préventif n’arrivait pas totalement à fixer. Quelques grammes et cm supplémentaires sur ce type d’équipement peuvent faciliter le quotidien si vous avez des soucis techniques et besoin de regonfler régulièrement.

bivouac bikepacking solidaire

Bivouac

100% bivouac sauvage dans les champs, un vrai plaisir de trouver son spot chaque soir. Souvent avec un chouette paysage, le plus discret possible et encore mieux quand les rencontres se transforment en hôte d’un soir. J’ai la tente dôme trekking 1 place MT900 de chez Decat. Au départ, je ne l’aimais pas car un espace intérieur ridicule pour quelqu’un d’1m84 comme moi, et au final bah…on s’y fait et on a pas besoin de beaucoup plus. En longueur je suis pile poil, en largeur j’ai juste la place pour mettre mon sac étanche à côté. C’est minimaliste, certes vous trouverez mieux et plus confort pour à peu près le même poids mais ça vous coûtera à minima 2 à 3 fois plus chère. Ici pour 150€ le rapport qualité-prix est imbattable et j’en suis maintenant plutôt satisfait, très rapide à monter, à ranger et elle a résisté à de belles nuits agités. Je me ferai peut-être plaisir plus tard avec un modèle plus large mais une fois habitué, ça passe.

Mon matelas gonflable est le MT500 de chez Decat, gonflé en 15 secondes, plutôt confortable et bien compact.
Le sac de couchage est un Ferrino 0° Lightech 1000 en duvet. Bon à 0° il faut quand même s’habiller et je suis un peu dubitatif sur le duvet (ici en canard) qui prend un peu l’humidité vs le synthétique. N’ayant pas de recul sur d’autres produits je préfère ne pas me prononcer, celui-ci est bien, léger, compact, mais on pourra toujours trouver mieux en y mettant le prix (pour avoir vu un Cumulus, ça m’a fait de l’œil !). Pour le reste un drap de soie classique, un petit oreiller gonflant avec sa housse confort et l’indispensable masque de nuit et boule quies, le tout chez Decat (encore 🙃).

Nourriture

J’ai la popote 1 personne MT500 de chez D4. J’ai enlevé les bols car je mange directement dans la casserole, ça me permet d’y glisser ma bombonne de gaz, le mini réchaud BRS-3000T (qui a vite mis l’Optimus Crux au placard), un piezo Optimus et un bout de gratte-gratte pour le nettoyage. Je l’utilise principalement pour le petit déj, café, porridge, fruits, parfois du muesli, du pain, du beurre de cacahuètes, du sirop d’érable, souvent selon l’envie et les achats de la veille. En journée j’achète tout au jour le jour sans faire de sur-stock. Je garde juste un repas de secours type noodles au fond de la sacoche.

En France ce sont les boulangeries qui me régalent, à l’étranger, j’achète pas mal de conserves de légumes que je mange froid en journée (pois-chiches, lentilles, petits pois, haricots en tout genre, maïs, tout y passe). Des conserves de sardines, thon ou maquereaux, parfois des conserves cuisinés, de la semoule ou des sachets de riz précuits, fromages, œufs (dures) et des extras selon les trouvailles.

Sur la route j’ai 3 indispensables, banane, carotte et cacahouètes. J’aime bien mixer la poche de cacahuètes avec des mélanges d’oléagineux, des raisins, parfois un peu de muesli, je varie et j’adore le sucré-salé ! Tout ça c’est bien beau mais il y a aussi souvent des petits plaisirs sucrés qui traînent, chocolat, biscuits, des choses pas toujours très healthy mais l’avantage sur un vélo c’est qu’on peut tout se permettre. Perso je mange à longueur de journée, c’est le panard !

bikepacking solidaire matériel

Appareils électroniques, photos, ordinateur

Pour la suivi gps je fais tout avec le téléphone. Sur Komoot principalement en téléchargeant les traces hors-ligne ce qui me permet de mettre mon téléphone en mode avion toute la journée. J’adore Komoot pour sa simplicité d’utilisation et surtout le mode de guidage vocale avec la sortie de veille de l’écran juste avant un changement de direction, de quoi profiter des paysages et conserver sa batterie.

Pour l’accroche du téléphone j’ai fais confiance au support Shapeheart, et c’est juste génial. Le socle de l’aimant fixé par élastique sur la potence et un aimant à fixer directement sur la coque du téléphone, accroche parfaite, une orientation à votre guise et une simplicité à enlever et déposer, que du bonheur. 👏 Pour les jours de pluie il y a aussi la pochette étanche aimanté qui dispose d’un insert en bas pour la charge et si l’on prend la bonne taille le tactile reste acceptable.

Le téléphone sert d’appareil photo et j’ai pris une gopro 9 d’occasion avant le départ fixée sur le guidon. J’ai longuement hésité car forcément ça prends du temps et de la charge mentale de faire de la vidéo en plus des photos, pas sûre de la reprendre sur un prochain trip.

Toute la journée solo sur son vélo il y a des moments où il fait bon se faire accompagner par un peu de musique. 🎶 Pour cela j’ai le casque à vibration osseuses Shokz Openrun, un casque extra-auriculaires parfait pour le sport qui laisse totalement libre les oreilles aux bruits environnants, un vrai plaisir en toute sécurité et avec une belle autonomie.

Pour les lumières j’ai ciblé les frontales techniques françaises de chez Stoots avec la Kiska 2 que je mets sur le front et la Misti 2 accrochée sur la même sangle à l’arrière que je mets en lumière rouge. Pas de lumières en fixe sur le vélo, une autonomie parfaite, ultra-léger, les deux lampes ont la même batterie (pratique si l’avant tombe en rade, l’arrière en lumière rouge aura toujours du jus pour interchanger). La frontale permet d’éclairer là où l’on regarde, bien utile lorsqu’il faut chercher un peu tardivement un spot pour la nuit et bien sûr aussi utilisé aussi dans la tente. Bref j’en suis super content et c’est français alors foncez ! 🐓

J’ai également une montre garmin Vivoactive 4 qui me sert principalement pour l’heure et tous mes achats car elle permet le paiement sans contact, perso j’adore et en la paramétrant en mode light elle a une très bonne autonomie. Elle se recharge en un rien de temps et j’ai aussi de la musique téléchargée dessus si besoin (mais pour cela j’utilise principalement mon téléphone ou je télécharge mes playlists et podcasts sur Spotify à écouter hors connexion).

Comment tu fais pour recharger tout ce matériel ?

J’ai failli partir sur un moyeu dynamo mais finalement je me suis dit que je n’allais pas faire une traversée du désert. Mon objectif n’étant pas la pleine autonomie mais plutôt les rencontres, je vais quasiment chaque soir dans un pub pour la petite récompense de l’arrivée, papoter avec les locaux et j’en profite pour recharger mes appareils le temps de siroter en bonne compagnie. 🙂 Pour cela j’ai opté pour une batterie externe Anker Powercore 20000mAh qui recharge 4 fois mon téléphone d’occasion Oneplus Nord 2 qui a lui-même une recharge rapide. En rechargeant ainsi un peu tous les jours je tiens facilement la charge de tous mes appareils. Il m’est arrivé seulement une fois de demander (en même temps que de l’eau et s’il était possible de poser ma tente dans les champs aux alentours) de laisser mes équipements en charge chez l’habitant pour la nuit et les récupérer au petit matin. J’arrivai en rade de batterie et avec un petit plaisir acheté la veille à offrir en remerciement le lendemain ça passe très bien. 😊 Sans parler des recharges complètes lorsque l’on se fait héberger par une belle rencontre. 🤗 Pour tout recharger j’ai une prise universelle qui regroupe toutes les prises internationales avec 4 ports usb et 1 usb-c rapide.

D’autres équipements dont tu souhaites parler ?

Sur les conseils d’un autre bikepacker, j’ai pris un mini tapis de trekking à 5€ chez D4 que j’accroche avec un scratch sous ma sacoche de selle. Il peut servir comme coussin pour s’assoir, pour dormir, sous la tête ou alors les pieds en le plaçant sous le bout du matelas pour se préserver de l’humidité. De petit tapis extérieur pour la toilette matinale voire même de coupe vent pour le réchaud. Bref un produit ultra-léger, non essentiel qui se trouve bien pratique dans pas mal de situations, et ici il fait même office de garde boue. 😅 Pour l’hygiène j’ai une serviette xs microfibre D4, un gant pour la toilette (parfait pour économiser l’eau voire même profiter de la rosée matinale de la tente tout en l’asséchant 🤗). Une mini brosse à dent et un dentifrice solide des Savons de Joya (tout comme le déo solide). Une crème solaire solide de Comme Avant, parfaite juste pour le nez et les joues. Tout le reste est couvert dont les bras par des manchettes blanches D4, top pour le chaud comme le froid. Un savon solide Doux Voyage fabriqué artisanalement à Chamrousse et qui sent magnifiquement bon et des vêtements en Mérinos qui assurent tout le reste.😁

Qu’est-ce que tu améliorais pour un prochain voyage ?

Probablement un peu de tri sur certaines affaires qui peuvent faire doublon. Par exemple j’ai un coupe vent-pluie fin pour une seconde peau rapide et les pluies fines, et en plus une veste imperméable. Je pense que je pourrais prendre une veste technique imperméable assez fine qui ferait le 2 en 1, chez Gore par exemple.

Pareil pour le bas, j’ai des jambières Castelli Nanoflex, très efficace pour la pluie et le froid et en plus un pantalon de pluie classique D4 qui intègre un couvre-chaussures (j’adore mes chaussures VTT Shimano GR7 mais elle ne sont pas très waterproof et mes chaussettes imperméables ne le sont plus vraiment après quelques averses…).

Je pense qu’un bon pantalon de pluie (avec couvre-chaussures ou chaussures waterproof) pourrait suffire sans jambières. Voir même remplacer également mon pantalon/short pour peut-être un combo 3 en 1 technique à trouver. Et quand l’envie me piquera un duvet encore plus compact et technique et une tente un peu plus confort. 😁

Voici un petit topo équipements après 2 mois de voyage, j’espère que ces retours d’expérience vous aideront dans vos recherches et si vous avez des conseils en retour je suis preneur, il y a toujours des choses à améliorer et le partage est fait pour ça. 😉 Et le plus important n’hésitez pas à soutenir nos actions afin de permettre la mobilité aux personnes amputées en Afrique, et en bonus votre générosité sera déductible d’impôt des 2/3 alors autant donner à ceux qui en ont le besoin. 🤗🌍🦿

Salut à tous les riders, sortez dehors et soyez heureux ! 😉🤙

prothèses Nav'Solidaire

Pour conclure, je tiens à remercier Boris pour sa disponibilité et le temps qu’il a consacré, pendant son voyage à répondre à mes questions. Il est actuellement en Norvège, si vous souhaitez suivre son aventure sur ses réseaux sociaux, faire un don et en savoir plus sur l’association Nav’Solidaire tous les liens son à retrouver juste ici : https://linktr.ee/ride.solidaire.

hugo bikepacker.fr

Écrit par Hugo

Passionné par la Nature, le vélo, internet et la photographie. Je me suis logiquement, depuis quelques temps initié au Bikepacking. J’ai créer ce blog, pour vous partager mes recherches, mes astuces et mes passions.
Decathlon (FR)

Articles récents

Share This