Casque vélo

Bien qu’il existe des opinions divergentes sur le sujet. La recherche scientifique confirme que l’utilisation systématique d’un casque vélo bien ajusté réduit considérablement la mortalité associée aux accidents. En effet, les lésions cérébrales dans le cyclisme ne sont pas une chose à prendre à la légère. En réalité, les accidents liés à la pratique du vélo entraînent plus de blessures à la tête que tout autre sport. Pour ce motif, le port du casque est toujours pour moi un élément de sécurité indispensable.

Comment choisir un casque vélo ?

Le premier critère d’importance dans le choix de votre casque est la taille ! Il doit être ni trop grand, ni trop petit. Pour cela, il vous faudra mesurer votre périmètre crânien. Il est recommandé d’utiliser un mètre souple et de prendre la mesure au-dessus des sourcils. Les autres critères à prendre en compte sont :

Mousses

Les mousses permettent de finaliser l’ajustement du casque sur la tête et de procurer ainsi plus de confort, notamment en jouant un rôle d’absorption de l’humidité. Elles sont souvent amovibles afin que l’on puisse les nettoyer. Celles-ci peuvent encore être de qualité standard ou faire appel à des technologies antibactérienne et respirante.

Aérations

Une bonne ventilation est indispensable au confort du cycliste. Un casque dispose d’entrées d’air, plus ou moins nombreuses et larges selon les modèles.

casque vélo specialized

Types de réglages

Le réglage occipital, au niveau de la nuque, permet de bien ajuster le casque horizontalement (tour de tête) et de s’assurer un maintien fiable. Les modèles plus élaborés offrent également la possibilité d’un réglage vertical afin d’adapter encore mieux l’équipement à sa morphologie et d’améliorer ainsi la stabilité. Enfin, la sangle jugulaire et les sangles latérales garantissent le maintien du casque en cas de chute ou de fortes secousses. Pour ajuster le casque, les fabricants ont recours à des molettes, boucles micrométriques ou encore au système BOA.

Système de fermeture

Un casque efficace doit rester en place lorsque vous bougez la tête, sans pour autant être contraignant, notamment au niveau de la sangle jugulaire qui ne doit pas serrer la gorge. Celle-ci peut être verrouillée de manière traditionnelle par un simple clip. Mais aussi par serrage micrométrique, boucle magnétique Fid-Lock ou encore par boucle double D. Les sangles latérales, doivent se croiser juste sous les oreilles. Elles se règlent par coulissement sur les modèles entrée de gamme, ou par verrouillage (bien plus simple et rapide) sur les modèles plus performants.

casque vélo MIPS

Pourquoi choisir un casque avec système MIPS ?

MIPS est l’abréviation de Multi-directional Impact Protection. Il s’agit d’une technologie de sécurité que plus de 120 marques intègrent dans leurs casques.

Le système MIPS est constitué d’une fine couche de matériau incorporée à l’intérieur du casque. Ce système est indépendant de la coque du casque, il est en revanche ancré en quelques points clés. Sa conception lui permet de se déplacer indépendamment dans toutes les directions, ce qui permet à son tour au casque de tourner indépendamment de la tête. Le résultat est une absorption de l’énergie en cas de collision, qui réduit le mouvement de rotation de la tête elle-même, et donc du cerveau.

La technologie MIPS imite, en fait, la structure protectrice de votre tête. En effet, entre votre crâne et votre cerveau se trouve une couche de liquide céphalo-rachidien, qui permet à votre cerveau de bouger à l’intérieur de votre boîte crânienne. Ceci le protège des forces de rotation causées par les impacts.

En termes plus simples, la technologie MIPS permet au casque de se déplacer autour de votre tête lors d’un choc, le cerveau subit moins de forces. Bien sûr, il ne bouge pas librement, sinon le port du casque n’aurait aucun intérêt. Les points d’ancrage sont conçus pour permettre un mouvement de rotation d’environ 10 à 15 mm.

Bikepacking : casque VTT ou route ?

Un casque vélo classique offre un excellent compromis entre protection, ventilation et légèreté. Il peut parfois être doté d’une visière, qui protège du soleil et/ou des projections (pluie, poussière, gravier) mais aussi des contacts avec la végétation. Doté d’un bon niveau de protection, sa légèreté évite de trop solliciter le cou, même après plusieurs heures. Les aérations souvent nombreuses permettent donc de garder la tête au frais. Pour le bikepacking, il peut être intéressant de parcourir indifféremment les catalogues Route, VTT et Gravel des marques pour trouver son bonheur. Le casque jet est un dérivé du casque classique. Celui-ci est plus enveloppant sur la partie arrière du crâne. Il descend en effet, plus bas jusqu’au début de la nuque pour renforcer encore plus la protection.

Quel est le prix d’un bon casque vélo ?

Le prix d’un casque vélo peut varier énormément. Vous pouvez en effet trouver des casques avec une fourchette de prix allant de 30 à 250 euros. En règle générale, la protection sera plus efficace dans un casque à une centaine d’euros. Si je peux réduire le risque de lésion cérébrale de, disons 0,1 %, je le ferai. Pour 10 euros (le prix de la technologie – même casque en version MIPS vs non MIPS), je pense que c’est un compromis raisonnable. Vous pouvez par exemple également personnaliser votre casque avec vos couleurs ou votre nom. Ou bien encore y ajouter un capteur de chocs qui alerte automatiquement les contacts que vous avez sélectionnés pour vous localiser et vous porter secours. Ces options auront évidement une influence sur le prix final de votre casque.

Où acheter un casque vélo ?

Vous trouverez certainement des casques dans la plupart des grandes enseignes qui vendent des articles de sport. Toutefois, sur internet vous pouvez souvent trouver un plus grand choix de marques adaptées au bikepacking, à des prix très intéressants. Parfois même profiter de promotions. C’est pourquoi, je vous conseil d’y jeter un coup d’oeil.

Decathlon (FR)

Articles récents

Share This